Enigmes, Charades, Jeux de culture générale, Discussions amicales et Taquineries à Gogo
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le petit prince de Miguasha

Aller en bas 
AuteurMessage
Jippy

avatar

Nombre de messages : 4831
Age : 73
Localisation : Gers, France
Date d'inscription : 16/05/2006

MessageSujet: Le petit prince de Miguasha   Sam 27 Mai - 0:24

Le petit prince de Miguasha
Un fossile de poisson découvert en Gaspésie met en lumière un moment crucial de l’évolution des vertébrés.

Le 10 mai 2006 — C’est au cours de l’une de ses patrouilles printanières que Jason Willett, gardien au parc national de Miguasha, en Gaspésie, a fait la découverte d’un fossile de poisson étrange. «Au début, personne n’était capable de dire de quelle espèce il s’agissait», explique-t-il.

Le hasard fait parfois bien les choses. Quelques mois plus tard, Philippe Janvier, paléontologue affilié au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, alors en visite au Québec, a réussi à identifier le spécimen.

Endeiolepis, un poisson-filtreur sans mâchoire d’environ 15 cm de long, sillonnait les eaux gaspésiennes du dévonien supérieur, il y a 370 millions d’années, lorsqu’il a été frappé d’une mort «idéale» aux yeux des paléontologues.

Probablement enterré vif par une soudaine coulée de boue, le poisson a été tellement bien préservé des ravages du temps qu’on distingue clairement le relief d’un bout de l’intestin, et surtout la délicate structure des branchies, finement ciselée dans le grès fossilifère. Un peu plus, et on pourrait le servir avec du citron!

«Normalement, un tissu aussi délicat que celui des branchies a tôt fait de se décomposer, attaqué par les bactéries environnantes, remarque Sylvain Desbiens, paléontologue à Miguasha et co-auteur d’un article sur le sujet paru dans la revue Nature, en avril dernier. Mais les eaux de l’estuaire où vivait ce poisson étaient très pauvres en oxygène, donc en vie bactérienne, ce qui explique, avec son enfouissement rapide, l’état de conservation exceptionnel du spécimen.»

La découverte n’a rien d’anodin, car elle a permis aux chercheurs de mettre en lumière un moment crucial de l’évolution du système respiratoire chez nos ancêtres aquatiques. «C’est la première fois que la structure branchiale d’un poisson sans mâchoire aussi ancien est observée», explique Sylvain Desbiens.

Cette structure, qui s’apparente à celle des lamproies actuelles, met en évidence ni une, ni deux, mais 30 paires de branchies enfermées dans de petits sacs gonflables le long de l’abdomen. Cette hypertrophie de l’appareil respiratoire permettait à Endeiolepis de survivre dans les eaux peu oxygénées de l’ancien estuaire de Miguasha.

Si des pêcheurs avaient attrapé ce spécimen au dévonien, ils l’auraient probablement déjà qualifié de préhistorique, puisqu’au moment de sa mort, son espèce existait déjà depuis 100 millions d’années, et elle était pratiquement éteinte. «Beaucoup de poissons du dévonien avaient déjà des mâchoires, explique M. Desbiens. Endeiolepis, lui, provient d’une époque où la mâchoire n’était pas encore apparue dans l’évolution.»

On peut donc en conclure que les poches branchiales fermées de type «lamproie» sont antérieures aux branchies de type «saumon» et de la plupart des poissons actuels. Avant de servir à croquer les proies, la mâchoire des poissons jouait en effet un rôle essentiellement respiratoire, en amenant continuellement l’eau aux branchies et en la faisant ressortir par les ouïes. Une fonction qu’elle a toujours chez les poissons d’aujourd’hui.

La disparition des sacs gonflables primitifs et l’apparition des branchies libres actionnées par la mâchoire constituent «une révolution anatomique aussi importante que l’ont été, bien plus tard, la transformation des nageoires en pattes ou, encore plus tard, celle des pattes en ailes», écrit Philippe Janvier, auteur principal de l’article de Nature.

Selon le chercheur français, ce bond évolutif a permis d'augmenter l'efficacité du système respiratoire et de réduire sa taille, laissant plus de place à la mâchoire qui, après des millions d’années d’évolution, est devenue la nôtre.

Chaque année, plus de 500 nouveaux spécimens sont découverts à Miguasha, reconnu, en 1999, Patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est là notamment qu’on avait découvert le fameux Eusthenopteron, au XIXe siècle. Cette créature mi-poisson, mi-amphibien rebaptisée le Prince de Miguasha a maintenant un cousin qui deviendra peut-être aussi célèbre que lui...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Suzanne

avatar

Nombre de messages : 4067
Age : 72
Localisation : NORD
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Le petit prince de Miguasha   Sam 12 Aoû - 11:10

En relisant par curiosité le forum sciences et techniques, je suis tombée sur l'explication de ce fossile de poisson " Le Prince Miguasha" je l'ai retrouvé sur le net en voici la photo

Revenir en haut Aller en bas
http://spaces.msn.com/hanofperso1946
 
Le petit prince de Miguasha
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Petit Bouchon à Boisbriand
» [Aide] Aide sur le Français. (petit cours)
» 115 euro le petit lapin ???!!!!
» Petit nouveau
» Mon Petit Cthulhu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Joyeux Remue-Méninges :: Culture Générale :: Sciences et Techniques-
Sauter vers: